Maze Runner: The Death Cure - Bande Annonce

Maze Runner: The Death Cure est un film de Wes Ball avec Dylan O’Brien, Kaya Scodelario, Thomas Brodie-Sangster, Nathalie Emmanuel, Ki Hong Lee, Rosa Salazar et Dexter Darden.

SYNOPSIS

Dans ce dernier volet de l’épopée LE LABYRINTHE, Thomas et les Blocards s’engagent dans une ultime mission, plus dangereuse que jamais. Afin de sauver leurs amis, ils devront pénétrer dans la légendaire et sinueuse Dernière Ville contrôlée par la terrible organisation WICKED. Une cité qui pourrait s’avérer être le plus redoutable des labyrinthes. Seuls les Blocards qui parviendront à en sortir vivants auront une chance d’obtenir les réponses tant recherchées depuis leur réveil au cœur du Labyrinthe.

NOTES DU RÉALISATEUR WES BALL

« Cette fois-ci, il s’agit d’un film de braquage », dévoile le réalisateur Wes Ball, qui a tenu la barre de chacun des volets de la trilogie. « On reprend six mois après la fin du film précédent, qui avait commencé dans le désert et s’était achevé dans l’univers de WICKED, qui est une ville : La Dernière Ville. »

La saga débute dans le Bloc, un espace dégagé et luxuriant, cerné par de gigantesques murs, par-delà lesquels s’étend le labyrinthe qui retient les jeunes prisonniers. Ce groupe pris au piège dans le Bloc, sans aucune mémoire de ce qu’ils étaient autrefois et ignorant les raisons de leur présence à cet endroit, n’a qu’un objectif en tête : s’évader. « Mais à présent, il s’agit de pénétrer dans les murs, presque à l’inverse du Labyrinthe. Ils devront trouver les réponses et déjouer tous les obstacles qui leur feront barrage. » explique Wes Ball. « Après avoir exploré l’autre côté de l’univers, nous revoici au point de départ. »

A l’instar du LABYRINTHE qui offrait des paysages verdoyants entourés des murs de béton et du LABYRINTHE : LA TERRE BRÛLÉE où prédominait un désert de ruines vaste et inhospitalier, LE LABYRINTHE : LE REMÈDE MORTEL installe une esthétique bien à lui. « Le premier film n’était que béton et prolifération » relève Wes Ball. « Le second volet présentait un univers de sable et de rouille, calciné ; et ce troisième opus se déroule dans un monde de verre et d’acier. Je dirais qu’il contient des éléments qui relèvent de la science-fiction et du film noir. J’ai toujours été attaché à l’idée que chacun des films dégage une image et une sensation singulière, tout en convergeant vers un même univers. »

Article par Alpha42

0 comments :

Publier un commentaire