Éternelle Adaline : La Critique


Il est bien rare que je vais au cinéma pour voir des films d'amours. Je l'ai choisi pour le mystère et la trame d'un femme qui ne vieillit pas. La bande annonce a fait un bon travail d'appel vers moi. J'essaie aussi autant que possible de sortir de ma zone de confort. Alors voici mon constant sur l'age d’Adaline


Pour voir d'un bon œil le film , il faut le voir comme un film fantastique. Le film essaie de nous apportez un peu de science pour le rendre plus terre a terre. Il est aucunement réaliste de croire qu'une femme pourrait devenir immortelle. Pour apprécier l'expérience , il faut le voir comme un conte de fée dans un monde plus moderne. Il faut voir Adaline comme une princesse qui ne veut s'attacher a aucun homme pour évitez la douleur de l'amour. Elle ne peut s'empêcher de brisé ces règles pour contrer sa solitude.

J'ai bien aimé les thèmes du film super bien exploité. Les thèmes plus fréquent sont l'amour , la vie et le destin. A quoi sert l'amour si ce n'est que pour vieillir avec l'être aimé? Il n'en découle que souffrance sinon. A quoi sert la vie si elle n'a pas de durée? Le coté éphémère de la vie est crucial. Le destin est une théorie inexpliqué mais qui pique toujours ma curiosité. Trop d'élément du film dépends du destin.

La film a aussi une belle ambiance poétique. Une belle trame narrative et musicale. Le jeu d'acteur est bien sans plus. Le visuel du film est bien. Les trois acteurs principaux sont excellents. Blake Lively, Michiel Huisman et Harrison Ford font belle équipe. Toute l'histoire de la ville San Francisco , les souvenirs et les lieux visités.

Pour un résumé , sur le plan personnel je reconnaît qu'il a des bons éléments mais je ne suis pas le meilleur public dans le genre. J'ai toutefois aimé les thèmes exploité et l'ambiance qui entoure le film. J'aime les contes fantastique. Je vois son potentiel mais je ne l'ai pas ressenti.

Ma note plus personnelle est de 7/10
Film avec romance préféré : Une partie de pêche au Yémen



Share on Google Plus

About Olivier Anctil

0 comments :

Publier un commentaire