Les Maîtres du Suspense : TAPIS ROUGE!!

Aujourd'hui était jour de Première pour toute la grande famille du film "Les Maîtres du Suspense".  En plus d'avoir vu le film ce matin, j’ai assisté au tapis rouge ce soir, au Cinéma Impérial. Ça fait des grosses journées!!

Pour vous, Alphaïens, je me suis même roulée sur le tapis rouge afin d'obtenir LA photo! Bon, la maison de communication et Films Seville ont dû me trouver étrange,  mais j'ai fait sourire les comédiens... en plus d'avoir le plus beau cliché de la soirée!

Antoine Bertrand, Anna Hopkins, Michel Côté et Robin Aubert. (Crédit : Nanci Marion)

Ce film, tourné au Québec et en Louisiane, relate l’histoire d’Hubert Wolfe (Michel Côté), auteur prolifique… grâce au soutien d’un auteur fantôme, Dany Cabana (Robin Aubert).  Mais le jour où Dany se fait plaquer par sa femme, la belle Béatrice (Anne Casabonne), Cabana prend lui-même un auteur-fantôme en la personne de Quentin Wilson (Antoine Bertrand), éducateur à la petite enfance, complètement contrôlé par sa mère (Denise Gagnon).  L’aventure des trois auteurs les mèneront jusqu’en Louisiane…


LES MÂITRES DU SUSPENSE
EN SALLE DÈS LE 17 DÉCEMBRE.
Robin Aubert (Dany), Michel Côté (Hubert) et Antoine Bertrand (Quentin).


Ce qu'ils ont dit...

Le scénariste et réalisateur Stéphane Lapointe ainsi que les comédiens avaient beaucoup de choses à raconter, tant à moi qu'aux autres journalistes. J'ai tenté de tout capter, quitte à me faire quelques bleus pour vous... L'important était de ramener l'information dont ont besoin les Geeks et Cultureux de Alpha42 !  Mission accomplie!

Rencontre avec les comédiens du nouveau film de Stéphane Lapointe, « Les Maîtres du Suspense », soit Robin Aubert, Antoine Bertrand et Michel Côté. Et en bonus, la belle Anna Hopkins, de Defiance, Arrow et The Flash; qui interprète Alyssa Laureau dans la comédie de Stéphane Lapointe.


STÉPHANE LAPOINTE - Un trip de p’tit gars

ALPHA 42 (A42) : J’ai été très surprise – et ravie – de voir la magnifique Maria De Meideros (Pulp Fiction, Moi César 10 ans ½) à l’écran… Comment c’est arrivé?
STÉPHANE LAPOINTE (SL) : C’est comme un fantasme d’ado que j’ai réalisé de côtoyer cette femme incroyable.  Je l’avais vu au théâtre, il y a 5 ans, à l’EspaceGo. Quelle femme, quelle actrice!  Je me suis mis à fantasmer à vouloir écrire un rôle d’actrice européenne.  Je l’ai même appelé Maria.  Pis une fois que le scénario eut été prêt, mon producteur lui a envoyé le scéanrio.  Elle a embarqué.  Je capotais! C’est surréaliste. Une icône mondiale qui embarque ton projet et qui accepte de troquer Bruce Willis pour Michel Côté, c’est un tout un trip.

A42 : T’as du avoir un plaisir fou à tourner ça?
SL : On est tous tombé en amour avec Maria sur le plateau. Ce n’est pas une actrice avec la grosse tête.  Elle est disponible, c’est agréable de travailler avec elle.  Elle est une fille ouverte, simple. Pas prétentieuse. Elle est juste… Formidable.  Pour le film, c’est un trip de p’tit gars.  Tourner avec ces monstres sacrés : Michel Côté, Antoine Bertrand, Robin Aubert. Aller tourner en Louisiane, dans les Bayous.

A42 : Comment ça s’est passé là-bas?
SL : Ça s’est super bien passé. Il y avait des scènes un peu edgy, un peu épeurante à tourner dans du voovoo et tout. J’ai engagé un chorégraphe de Los Angeles.  C’est le gars qui avait fait bouger les créatures dans « I am Legend », qui a travaillé avec Will Smith pis dans Men in Black.  J’avais entendu un podcast avec lui sur Facebook, pis un an après, il est venu me rejoindre là-bas pour monter la chorégraphie.  C’est vraiment un trip de p’tit gars.  J’en reviens pas.

Michel Côté et Maria De Meideros



ROBIN AUBERT : Un être pas si taciturne dans la vie…

A42 : Comment t’as vécu ton tournage?
RA : Je n’ai que du bien. Ça été une expérience extraordinaire de travailler Stéphane, Michel, Antoine, Anna. Très privilégié de participer à ce film-là.

A42 : Le personnage de Dany a été écrit pour toi?
RA : Je connaissais le talent de Stéphane en comédie, ma petite crainte était de bien faire mon rôle et d’arriver d’accoter ces deux grands panaches que sont Antoine Bertrand et Michel Côté. Qu’il n’y ait pas un clash entre eux et moi. Et finalement, ça été une expérience extraordinaire.

A42 : Parle-moi du tournage en Louisiane.  Tu es allé tourner à Amsterdam avant, tu voyage beaucoup…
RA : J’avais déjà tourné à Amsterdam en 1996 pour « La Comtesse de Bâton Rouge » de Marc-André Forcier.  Je suis chanceux de pouvoir faire mes deux passions : mon métier et voyager.  C’est ben le fun!  Ça change le mal de place, c’est inspirant, y’a que du bon.

A42 : Il y a trois scènes de batailles avec Michel Côté dans le film…
RA : Du fun à faire.  Ça l'air de rien, mais Michel est raide et fort. C’est du plaisir de tourner ces scènes-là. Quand tu crées un duo, il faut que tu aies une affinité. Dany et Hubert, ce sont comme deux meilleurs amis sans qu’ils le sachent.  Finalement, ils ont besoin l’un de l’autre.

A42 : C’est un espèce d’Abbot et Costello des temps modernes, finalement?
RA : Peut-être. Je sais pas. Les scènes violentes dans une comédie sont extrêmement le fun à faire. Moi, j’avais à casser des lampes. C’est le fun à faire.

A42 : T’as des liners savoureuses dans le film. À quelques moments, je n’ai pu m’empêcher de me rappeler Léo Rivard et Radio Enfer.
RA : Le timing est important, ça m’a servi de faire Léo.  Mais le mérite revient à Stéphane Lapointe, d’avoir écrit les répliques.  Il restait juste à bien les rentrer pour ne pas amortir le gag.

Projets à venir : Film avec Philippe Falardeau - Film avec Micheline Lanctôt -  Projet de film « Les affamés » (Robin est actuellement en attente de financement pour son film.)


ANTOINE BERTRAND : De Louis Cyr à… un ovni synpathique.

A42 : Le dernier film que j’ai vu, c’est Louis Cyr.  Là, je découvre Quentin.  Lequel des deux hommes a été le plus difficile à jouer pour toi?
AB : Avant le tournage, Louis Cyr.  Pendant le tournage, ça été assez facile, il s’est montré le bout du nez, il était « là », pis c’était ça.  Quentin, avant le tournage, aucune préparation, on est loin de Louis Cyr.  Il était un peu plus tough à jouer parce qu’il y avait plus de défis.  Tu sais, c’est une bébitte Quentin, c’est une espèce d’ovni sympathique, mais il fallait le garder vrai dans tout ça, donc il y avait plus de défis, je trouve, pour Quentin.

A42 : Dans une autre entrevue, tu as déjà défini Quentin comme un mélange de Norman Bates (de Psycho) et de Caillou.  Comment?
AB : C’est une formule pour faire rire un peu, mais il y a quelque chose de ça… Quentin a l’intelligence émotionnelle d’un enfant pratiquement pis il vit sous l’oppression constante de sa mère.  Pis la maison nous rappelle la maison de Psycho.  Tu veux pas grandir là-dedans.

A42 : La plus belle scène que t’as eu à tourner?
AB : La scène de brainstorm avec les enfants. Elle était remplie de défis. Je suis vraiment, vraiment content.
Antoine Bertrand dans la scène de brainstorm avec les enfants.
Projet : « Intouchable », Théatre du Rideau Vert, en mars 2015 et « Boomerang » à TVA, en septembre 2015.


MICHEL CÔTÉ - Un gars d'équipe... (et un monument devant moi…)

A42 : Quelle est la scène où vous avez eu le plus de plaisir?
MC : Quand je suis attaché sur ma chaise, et que 25 danseurs pro dansent devant nous toute la nuit à -2 degré.
A42 : Quel est votre plus beau souvenir dans ce projet?
MC : L’équipe formidable.  Stéphane est un souvenir en soi.  C’est un réalisateur souriant, sympathique, intelligent.  Les acteurs qu’il a choisis étaient tous charmants : Anna… Et Maria, qui a été super gentille. Avec Antoine et Robin, on a eu un plaisir fou ensemble.  Mon coup de foudre sur ce projet, c’est vraiment l’équipe.  C’est le métier qu’on a choisi. On est supposé être heureux quand on le fait. On est privilégié. Alors soyons heureux.

Projet à venir : « J’ai trois projets en négociation pour l’été prochain, ça se peut que j’en ai zéro.  Ce n’est pas moi qui décide, c’est Téléfilm Canada et la SODEC. Ça se peut que je n'ai rien, comme ça se peut que j’ai à en refuser un.  J’en ferai pas trois, c’est sûr. J’en ai jamais fait deux par année, ce serait la première fois que j’en ferais deux. »

Broue : « On est en tournée jusqu’à l’automne 2016, pis on va jamais annoncer à quel moment on finit. On veut pu le dire. On va l'annoncer dans un communiqué le lendemain. »

Anna Hopkins – Une première expérience en français
A42 : Ça été comment de travailler avec Antoine Bertrand, qui a la réputation d’être un cabotin?
AH : C’est la personne la plus drôle que j’ai rencontré. Et moi, j’ai un problème à m’arrêter de rire.  Alors…  Il est ultra professionnel. C’est un acteur intelligent, gentil, très spécial, spectaculaire. La balance est parfaite.

A42 : Qu’as-tu aimé le plus dans Les Maîtres du Suspense?
AH : En premier lieu, j’ai aimé le scénario. Les acteurs aussi : Michel, Robin, Antoine… Stéphane, le réalisateur, est très impliqué dans le projet.  C’est un sentiment très spécial sur le plateau.  L’équipe est forte et j’ai adoré.

A42 : C’est ton premier projet en français…
AH : Première fois, oui.  Ils cherchaient une femme anglaise qui parle français avec un accent anglais. J’ai fait l’audition à Toronto et je suis venue ici pour les call-back.  J’ai adoré ça.

A42 : La scène que tu as préféré jouer dans le film?
AH : J’ai aimé beaucoup la scène avec Antoine, la première fois qu’Alyssa entre dans la maison, et le jeu de séduction entre elle et Quentin.

Les projets de Anna : Defiance (Captain Jessica Rainier), Arrow, The Flash.


Quelle équipe de feu!  Quelle soirée extraordianire!  Et surtout : Quel film !!
 
Un moment de folie entre Aubert, Côté et Bertrand. (Crédit : Nanci Marion)

Pour une critique détaillée du film, petit bijou de Lapointe, nous vous invitons à lire la « Critique-Mashup » des Maîtres du Suspense avec Marie-Eve et moi-même !  Nous vous mettons au défi de découvrir qui a écrit quoi!!  Marie-Eve et moi avons eu énormément de plaisir à préparer ça pour vous.

Article par Nanci Marion

0 comments :

Publier un commentaire