Phillip Phillips - Behind the Light


critique par Mathieu Chamberland (@mathchamb)

Deuxième album de Phillip Phillips, grand gagnant de la 11e édition de American Idol, surtout connu pour son grand hit Home. Dès les deux premières chansons, on réalise assez  rapidement à qui nous avons affaire, un émule de Mumford and Sons. Cependant, Phillips mentionnait qu'il avait voulu montrer son côté plus rock avec cet album et la chanson Trigger, qui suit les deux premières pièces, en est un parfait exemple, proche des pièces plus commerciales de Shinedown par exemple.

Indéniablement, la voix de Phillips est solide. Son timbre, l'expression au travers de ses mélodies, l'ensemble est une proposition honnête pour le genre. Sa voix est surtout un vent de fraîcheur dans le monde de ce que j'appelle les voix faibles de gars, une prédominance que j'ai remarqué depuis plusieurs années dans les multiples concours de tour de chant (The Voice, American Idol, et plus près de nous, Star Académie et La Voix). Un contrôle sans faille, aucun falsetto haut perché et surtout une capacité à rendre les émotions dans son interprétation.

Je peux comprendre les raisons de sa victoire à American Idol même si je considère son genre musical surexploité et surévalué (Great Big Sea le faisait bien avant les Mumford de ce monde). Phillps gagnera encore plus à trouver son propre style, sa propre proposition pour son prochain album. Sinon, je crains qu'il ne fasse que passer et disparaisse dans la masse ou le prochain goût du jour. La chanson Thicket et ses interludes plus progressives dans les guitares, est un exemple parfait de ce que j'avance. Petit bemol : la durée de l'album. En effet, je pense personnellement que 15 chansons pour un total de 58 minutes c'est sans doute un peu trop long pour le genre. J'aurais préféré un album trimé un peu, plus concis.

Il est clair qu'il ne se base pas seulement sur son apparence puisque le talent est là. Au fil des ans, M. Phillips a du se développer tout un fan base et je suis certain que cette seconde "offrande" plaira à ses amateurs.

Article par Mathieu Chamberland

0 comments :

Publier un commentaire