Select Menu

Podcast

cinema

jeux vidéo

Musique

ESports

Comics

Télévision

Technologie

Manga/Anime

Stage Lacroix : Une invitation aux "FÊTES"


Pour vous permettre de ravivez votre mémoire, ce petit vidéo.



Comment Faire une Chanson
Stage Lacroix (2007)

NON, vous ne rêvez pas… Vous avez bien vu les animatrices Julie Bélanger, Roxanne Saint-Gelais, JulieBou et Anouk Meunier!

**

J’ai eu des nouvelles du chanteur aujourd’hui…  Une discussion de deux heures très intéressantes pour finalement parler de son nouveau bébé : « FÊTES ».  Ne lui dites pas qu’il s’agit d’un album de Noël traditionnel, il vous reprendra illico, avec toute la gentillesse du monde.  Des disques de Noël, il s’en fait trop et voulait aller ailleurs, et bien sûr, nous amener avec lui : dans un party qui dure de fin novembre au début janvier !!

Mais avant de vous parler de son dernier opus, et puisqu’on n’a pas eu de nouvelles de Stage depuis longtemps, j’ai voulu savoir pourquoi il avait disparu de nos radars culturels depuis sa « Chik au pet shop » et son fameux « Té lette »…

Après s’être promené de radio en radio, en 1993, il tente sa chance aux auditions de Juste Pour Rire et remporte le premier prix.  Il fait un gala, mais ça ne prend pas longtemps pour lui avant de retourner à ses premières amours : la radio!  Il pourrait encore faire des numéros, il a encore des textes et pourrait faire quelque chose avec ça… Il a encore des appels à l’occasion, mais la compétition entre les jeunes humoristes qui tendent à le décourager, côté humour.

En 2003, il abandonne la radio pour se concentrer sur ce qui deviendra son premier album, « Té lette », qui sortira en 2007.  Cette chanson a été un gros succès, à la grande surprise du chanteur.  Il ne voulait pas qu’elle sorte.  Il avait peur que certaines personnes s’en servent pour dénigrer les autres.  C’est l’animateur Jeff Paquet (Le Garage) qui a été le premier à faire tourner « Té Lette ».  La StageMania venait de commencer sans que le chanteur ne s’en rende vraiment compte.

« Té Lette » sera numéro 1 pendant 47 semaines dans les radios du Québec.  La dernière chanson québécoise à avoir connu ce succès, c’était « Tassez-vous de d’là » des Colocs de Dédé Fortin, en 1999. Au Top50 à la fin de l’année,  « Té Lette » était 5e, entre Madonna et Rihanna.

« Comment faire une chanson », « Chik au pet shop », « Les pétoncles », « Problème de blonde »; tous des succès que nous connaissons.  Toutes des chansons de Stage Lacroix.  Mais après?

Il avait fait un cadeau aux radios du Québec en donnant « 1,2,3,4,5 Bières ».  Il ne s’attendant pas au succès qu’elle a connu, encore moins à son succès récurent à chaque année.  Il ne l’avait jamais endisqué.


Avec « Fêtes », c’est maintenant chose faite.


Cet album nous met dans l’ambiance totale de Noël ET du Jour de l’An.  Des rigodons, du party!  Pas le renne au nez rouge, pas le Père Noël qui embrasse Petite Maman, pas la Sainte Nuit de m…. Stage voulait changer la donne et surtout offrir un produit différent de « Ginette Reno chante Noël ». Il voulait quelque chose d’entraînant, de festif, quelque chose qui met de bonne humeur.

Avec cet album, il voulait partager les souvenirs de son enfance.  Il voulait toucher tous les publics, comme pour dire : « Regardez, ça c’était ça quand on était p’tits.  Pis regardez, c’est encore là ! » avouera le chanteur multi-instrumentiste.

La chanson « Postérité » est la seule chanson sérieuse de l’album.  Il a eu des grands-parents trippants et à travers cette chanson, il souhaite leur rendre hommage.  « C’était comme mon legs pour la postérité, je voulais faire une chanson où je raconte que m’ennuie de mes grands-parents.  Je voulais aussi expliquer ma vision, vu des yeux d’un petit enfant; c’est quoi la Vie, c’est quoi les Grands, ce qu’ils sont ces Grands quand on est petits. Versus aujourd’hui c’est moi qui est rendu un Grand.  Pis que je vois les petits, je le sais comment ils me regardent parce que je me rappelle… »  C’est réussi.  J’écoute « Postérité » et j’ai une larme.  D’ailleurs, sur la pochette de l’album, ce sont les grands-parents maternels de Stage Lacroix, aujourd’hui décédés, que nous retrouvons.  C’est tellement représentatif de l’album.  Les partys de son enfance, la camaraderie, les rires, les tours que jouait son grand-père.

Sur l’album, des chansons de party, tout ce qu’il faut pour animer vos soirées du temps des Fêtes, du 1er décembre au 7 janvier.  Tout ce qu’il faut pour vous donner l’entrain pour monter et démonter votre sapin!

Pour vous le procurer, il faut le commander sur internet.  C’est par ici que vous pouvez le faire.  CLIQUEZ ICI.

À savoir : Vous commandez l’album FÊTES de Stage Lacroix, vous recevrez, avec l’album, un message personnalisé de sa part.

Je vous suggère fortement cet album pour vos partys du temps des FÊTES !



Cote Alpha42 : 5/5 !!!

Terra Battle : Réflexion sur le cas Sakaguchi




Depuis hier, je suis fasciné. Par un jeu. En fait par un auteur de jeu. Si je vous parle de la compagnie Mystwalker? Certains férus de JRPG comprendront de quoi je parle. Si je dis Hironobu Sakaguchi? Quelques lumières de plus vont s’allumer. Sakaguchi-san, un des pères des JRPG, a fondé Mystwalker, une petite compagnie produisant par-ci par-là, quelque jeu avec souvent, un timing très douteux. Parfois sur des consoles en fin de vie ou sur d’autres, peu appropriés pour ce genre de titre.
C'est pourquoi les vieux de la vieille fondent parfois un espoir frôlant le fanatisme envers Mystwalker. On espère, bien sûr, que Sakaguchi-san saura nous ramener un coup de génie nous rappelant les grands jours de Final Fantasy. Surtout lorsqu’il va chercher son vieux pote pour la musique. Car oui, plusieurs projets de Mystwalker sont composés par le grand Nobuo Uematsu. C’est le cas pour le dernier projet : Terra Battle.

À l’annonce de ce titre, nombreux furent ceux qui ont hurlé de joie (moi le premier) avant de hurler d’horreur. Pourquoi? Terra Battle n’est pas un jeu distribué sur PS3, XBOX360, Wii, WiiU, 3DS … Super Nintendo? Non. Sur téléphone mobile. En free-to-play de surcroit!


Un jeu fort honnête

Tous les ingrédients étaient là pour faire frémir les « vieux de la veille ». Pourtant, un vieux loup comme Sakaguchi doit savoir ce qu’il fait? Il est vrai que le jeu mobile au Japon c’est une mine d’or. Rien à voir avec ici. J’ai également longuement pensé que le jeu n’était même pas distribué ici. Erreur! Il l’est depuis un bon moment. Très jolie et même, force est d’admettre très amusant. Car oui je devrais faire des excuses en règle à Sakaguchi-san à grands coups de gomen nasai. J’ai cru que ce projet était stupide, un gaspillage de talent et que Sakaguchi et son équipe devraient avoir les moyens de leurs ambitions. Donc. Pourquoi un jeu sur mobile?

Je n’en sais rien pour être franc. Mais la question me trottine l’esprit depuis que je joue a Terra Battle. Oui c’est beau, oui c’est amusant. Mais on est ici dans un modèle free-to-play somme toute classique. On recrute, on se bat, on épuise nos ressources. Elles se remplissent après X temps et il est possible de payer de la vraie argent pour acquérir des ressources pour avancer dans le jeu. Pour le moment, je n’ai rien payé et je m’amuse autant que je veux. Les combats sont amusant et assez différent. Une grille de 6x8 dans laquelle on déplace une unité à la fois. Le but étant de créer le plus de chaine possible entre nos personnage pour amplifier les attaques et maximiser nos dégâts. Quelque petite nuance tel le type d’arme, classe de perso, race, éléments, etc, viennent pimenter la stratégie. Il y a un mode quête avec une histoire plutôt poétique mais très vague. Quelque mode de combat alternatif changeant selon le jour de la semaine s’ajoute aux petit bonus de ce jeu, je le rappelle, free-to-play. Par contre, j’ai bien peur qu’une fois le bout du modèle atteint, le sort du jeu risque d’être comme tous les autres du genre.

En fait, même si je m’amuse bien avec ce jeu, celui-ci a plutôt déclenché ma réflexion. Si Terra Battle avait été créé par une compagnie inconnue, j’en aurais fait peu de cas. Je n’y aurais probablement pas joué. Si j’ai téléchargé l’application, c’était avant tout pour voir ce que Sakaguchi offrait comme projet. Pour voir sa progression. Pour voir où « l’auteur » en est rendu dans sa démarche créatrice au sein de Mystwalker et en général. Car aujourd’hui, je ne comprends pas pourquoi cet homme ne peut pas nous offrir, un JRPG triple ‘A’ sur console next-gen. Pourquoi ce créateur semble être retourné au bas de l’échelle et que son studio indépendant reste avec si peu de moyen? Pourquoi pendant que Square Enix se paie des Final Fantasy XV avec des bagnoles et des colosses, Sakaguchi se paie un free-to-play sur mobile? Lui qui était le maitre, l’esprit dirigeant chez Squaresoft. On ne pouvait pas parler de Final Fantasy sans qu’il soit de près ou de loin impliqué dans le projet. Final Fantasy, c’était Sakaguchi, son bébé, sa création. Puis il y a eu la débâcle terrible de The Spirit Within. Vous savez, le film en image de synthèse, bin beau pour l’époque, mais un peu plate avec les spaghettis fantomatique pas trop cernable? Oui ce film pas très réussi au niveau cinématographique et qui a mené à la faillite de Square USA et son départ de Squaresoft. Un hara-kiri professionnel qui l’écarte de la scène pendant quelques années. En fait jusqu’à ce qu’il fonde Mystwalker sans trop de vague, surtout en Amérique du Nord.


Le statut de créateur au sein d’une industrie en transformation?

Je n’ai pas de réponses à mon questionnement. En fait, je ne comprends même pas mon questionnement. Mais impossible de m’empêcher d’y penser : Pourquoi Sakaguchi, le père de Final Fantasy, fait-il un free-to-play sur mobile avec une minuscule compagnie indépendante. Est-ce son désir? Est-ce que ce jeu sur mobile (qu’il annonce comme était le point de départ un univers / concept plus vaste) n’est qu’une forme de levée de fonds pour propulser le reste du projet? Pourquoi est-il autant à l’écart des gros joueurs? La dernière console sur laquelle Mystwalker a développé étant la Wii. À moins que Sakaguchi ne soit qu’inspiré et stimulé par ce médium et que ce soit tout simplement le projet qu’il désirait faire?

C’est un peu étrange, car autant nous avons l’impression que les directeurs créatifs ont beaucoup de poids lors de la création d’un jeu. Pourtant, les joueurs sont les premiers à critiquer le manque d’originalité et le fait qu’ils sont bien souvent tenus pour acquis par les grands joueurs de l’industrie vidéoludique. Pourtant, Sakaguchi-san était plus qu’un directeur créatif chez Squaresoft. Il était le producteur / producteur délégué sur beaucoup de titres drôlement audacieux pendant l’âge d’or de la compagnie. Des titres comme Xenogears, Final Fantasy Tactics, Parasite Eve, Vagrant Story, The Bouncer, etc. Des jeux qui avaient le mérite d’être rafraichissant et sortant des conventions d’une façon ou d’une autre. Ce qui m’apporte à une autre réflexion : qu’est-ce que le talent créatif au sein d’une compagnie produisant des « œuvres » ludiques, oui, mais avec un souci artistique malgré tout? Au fond, le talent des artisans, des créateurs, ce n’est pas ce qui est rare. Non je ne crois pas. Trouver gens de talent, allumés et créatifs, c’est probablement ce qui est le plus facile. Mais autoriser un projet audacieux? Avoir le courage d’endosser un projet qui sort des conventions au risque d’échouer? Sakaguchi-san a su créer des œuvres incroyables. Mais avec du recul, je me demande si son génie ne résidait pas en fait dans sa capacité à faire confiance à ses créateurs et produire des titres innovateurs. Car sans lui, je crois que l’âge d’or de Squaresoft n’aurait pas été la même. Du moins, c’est mon avis.




Tant de questionnement, certes! Mais une chose est sûre, je dois admettre (et m’excuser) que Terra Battle n’est peut-être pas simplement le projet niais et opportuniste que je croyais au départ. Je ne sais pas où mèneront les inspirations de Sakaguchi. Par contre, je suis prêt à lui donner un peu de ma confiance. Car il y a finalement quelques choses d’intéressantes, mais surtout inspirées dans la démarche de ce créateur. On est loin encore du coup de circuit, mais je crois que je préfère le voir explorer de la sorte qu'offrir des péplums pré-formatés comme le fait Square Enix depuis trop de Final Fantasy.

En bref, restons à l’affût de ce que cogite Mystwalker et Sakaguchi-san! De plus, la bande originale de Nobuo rock en batèche! D'ailleurs, je trouve que sa musique à un petit côté FFVIII / FFIX voire même FF Tactics par moment (même s’il n’y a pas contribué à la musique de ce dernier titre).  Qu’en pensez-vous?





Etienne Drapeau a besoin de notre générosité.

"J'AI BESOIN DE VOTRE GÉNÉROSITÉ!"  C'est ainsi que commence le message du chanteur Étienne Drapeau sur sa page YouTube.






"De nombreux sans-abris et personnes dans le besoin n'ont pas de bottes et de manteaux d'hiver pour affronter les grands froids. Le mardi 16 décembre de 17h à 20h au Relais communautaire de Laval, (111 Des Laurentides) avec mon ami David Jalbert (et nos guitares!) nous ferons une grande collecte de bottes, manteaux d'hiver, souliers et vêtements de tous âges, jouets, etc. Le concept est simple: vous nous apportez quelque chose, on vous chante la chanson de votre choix "LIVE" pour vous remercier!"

Donc, les filles, c'est à vous que je m'adresse ce midi!

Il est temps de faire le ménage du garde-robe et sortir les manteaux d'hiver que nos hommes aiment *encore* porter pour aller travailler sur le terrain ou parce que "C'est pas grave qu'il soit laid. On s'en fout!".  Temps aussi de faire le ménage des jouets avec nos tout-petits.  Vous savez ces jouets avec lesquels ils ne jouent plus parce que "Je suis trop grand pour jouer avec ça, quand même, M'man!" ??  Ces souliers que vous aimiez tant mais que vous ne portez plus depuis six mois?  Même Jean Airoldi vous dirait de vous en défaire.  Alors pourquoi ne pas faire une bonne action... et par la même occasion, se faire chanter "T'e ma femme, t'es la plus belle" droit dans les yeux, par le beau Étienne?



Ça se passe où?
Le Relais Communautaire
111, boul Des Laurentides
Laval

Ça se passe quand?
Mardi 16 décembre 2014, de 17h à 20h

Qui sera présent?
Étienne Drapeau et David Jalbert
(et leurs guitares!)



En février 2014, à l'occasion de la 2e édition de la chaîne de bonheur et de générosité d'Étienne Drapeau, il avait décidé de soutenir Le Relais qui aide les gens dans le besoin depuis 30 ans. Ils ont offert une superbe fête pour l'occasion, des cadeaux et un bon repas à tous lors du dîner de l'amitié. Grâce à MAXI et au Cercle des fermières, tous sont repartis à la maison avec un sac d'épicerie plein, des tuques, foulards et mitaines!

Nous vous en reparlerons très certainement... car nous avons, nous aussi, quelques manteaux à aller porter!

CGI et personnages mythique vont-ils de paire ?

(Si au premiers abord, il manque des détails, c'est normal, 
je m'adresse avant tout aux fans de la 1re heure.)
Comme vous le savez, je suis grand fan d'animés Japonais,
je ne pouvais passer à coté du réalisateur suivant. Pourquoi ?
Shinji Aramaki, surtout connu pour ces travaux de design telle que :
et plusieurs autres. 
  
En 2013 Shinji Aramaki réalise un film que des millions 
de fans attendent depuis nombres d'années. 
Space Pirate Captain Harlock
ou
Albator, corsaire de l'espace
ou
 Uchū Kaizoku Kyaputen Hārokku
 
 À l'origine Captain Harlock est un manga créer et dessiner
par Leiji Matsumoto dans les années 70, qui nous avais déjà donner :

 2977. Albator, capitaine du vaisseau Arcadia, est un corsaire de l’espace.
Il est condamné à mort, mais reste insaisissable.
Le jeune YAMA, envoyé pour l’assassiner, s’infiltre dans l’Arcadia,
alors qu’Albator décide d’entrer en guerre contre
la Coalition GAIA afin de défendre sa planète d’origine, la Terre.
    
Je tiens à préciser d'avance que je ne suis pas un fan de la 1re heure,
 J'ai tout de même connu la ou plutôt... les séries de 1978 et de 1984.

On va pas ce le cacher,
avec ce film on repart de zéro, c'est donc un reboot.
 Au premier abord, vous serez dérouté à cout sur,
mais vous trouverez vite vos marques après
quelques minutes de visionnement.
 Dès les premières images, on est frapper
par la beauté de l'image et le coté CGI de la chose.
(C'est vite dit)

Ne vous fiez surtout pas à ce qui est écris
sur l'affiche du film diffuser sur internet :

J'ai vue ce film en VOSTFR, donc n'espérer pas me demander :
Eh ! Est-ce que la version français est bonne ?  
Même si j'ai écouter en japonais sous-titré,
je doit tout de même dire, que les voix et effet de tout genre sont au rendez-vous,
vous ne serez pas déçu de ce coté là.
En revanche la ou le bas blaisse, c'est au niveau du graphisme lui même.  
 La profondeur est surtout présente dans les combats spaciaux et
de certains grant espace, par contre...
Les mouvement de camerasont très intéressante par moment,
 mais sans plus. 
Étant moi même très difficile,
à voir les avancers du CGI au Japon, 
c'est à ce demander pourquoi il n'ont pas réalisé ce film avant.
Voyez la liste des films japonais entièrement en CGI et vous allez comprendre :
(N'ésitez pas à comparer avec les image du film)







2000 



 2001
Le film critiqué par Cameron
lui même.
 





2005
On est à des années lumières
d'Avatar de James Cameron :
 Pourtant on est seulement en 2005






 2006 






2010 











2012








 Pour terminer, ce film ma laisser un peu froid,
oui c'est très beau, mais on ne retrouve pas la magie de l'animé lui même.
 Confiner pour l'instant au Japon et à la France, nous ne sommes pas prêt
d'avoir ce film chez nous au Québec.

Mais rassurez-vous chers lecteurs
vous pouvez vous procurez la version officiel
en version DVD, Blu-Ray ou Blu-Ray 3D
via le site Amazon France.

Sur ce, je vous à bientôt
Au plaisirs :D
Source :

Dan Bigras: Une 24e fois AVEC les Jeunes et le Show du Refuge.

Dan Bigras

"Tsé, ma job c'est toujours de prendre les choses dures en-dedans, parfois laides, et d'essayer d'en faire quelque chose de beau avec tout ce que je trouve", me dira Dan Bigras après la répétition publique avec Roch Voisine et Valérie Lahaie.

On est au studio B de ShowMédia, rue Parthenais.  Le Show du Refuge en est cette année à sa 24e édition.  Le Refuge des Jeunes de Montréal a 25 ans.  Le mercredi 26 novembre, à la salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts, Dan Bigras et ses invités uniront leurs voix et leurs forces pour amasser les fonds pour cet organisme qui aide les jeunes hommes en difficulté et sans-abri de Montréal.

"Même si je me plante, le trajet est fantastique.  C'est une belle job.  Écrire, c'est pas toujours facile, mais c'est une chose que tu regrettes jamais.  Avec le Refuge, en plus, je peux le transformer en quelque chose d'utile. Ça, ça complète complètement ma vie."

Dan Bigras parle de ses jeunes et du Refuge avec la Lumière et les Étoiles dans les yeux.  J'ai devant moi un homme heureux.

Le Show est nécessaire au Refuge, me dira-t-il, mais le Refuge lui est rendu nécessaire à lui. Il m'avoue être un peu tanné d'entendre parler qu'il veille sur les jeunes.  Ce sont eux qui veillent sur le chanteur. "La rue c'est une chose, Ça m'impressionne, mais ce qui m'impressionne encore plus, c'est le trajet qui t'amène là.  Oui, il y a de la misère.  Mais il y a aussi de la résilience."

"La misère c'est dur à voir, on préfère s'inventer un scénario avant de savoir, ça s'appelle préjugé. On a tous des préjugés. Avec le Refuge, j’ai aussi une job d’information." Voilà son grand message, sa grande mission.  Il me le dira de sa voix basse et sévère mais accueillante et réconfortante.

À ses jeunes - et  ses moins jeunes, il dira tout simplement qu'il les admire.


Valérie Lahaie et Roch Voisine, en répétition.





Roch Voisine
Roch Voisine est fébrile face à sa première participation au Show du Refuge.  "Enfin! Ça adonnait pas, je n’étais jamais ici. J’étais toujours en promo en Europe. Cette année, j’ai dit oui tout de suite. Ça fait des années que Dan me le demande. Je suis heureux d’être là cette année." 

Au public, il dira : "Tout le monde a besoin d’une deuxième chance.  Ils sont pas chanceux.  Souvent ce sont des gars que la Société a échappé en partant. Le Refuge est là pour les récuperer et leur donner une deuxième chance."

Aux jeunes du Refuge, il leur dira de ne pas lâcher, qu’il y a toujours une 2e chance, "Il faut être dans l’action, il ne faut pas être dans le passif.  Il y a toujours une petite porte en quelque part qui s'ouvrira sur une plus grande.  Il ne faut pas faire les trucs pour eux autres, mais leur donner les outils qu’il faut."


Valérie Lahaie
Valérie Lahaie, participante de La Voix, coachée par Eric Lapointe, en est à sa première participation au Show du Refuge.  Elle se sent interpellée par la cause.  S’impliquer dans un projet avec Dan Bigras est pour elle une magnifique opportunité.  De plus, lorsque l’on vit à Montréal, on ne peut pas être insensible.  "On est tous confrontés.  Je jase beaucoup.  À un arrêt d’autobus, je prends toujours le temps de jaser.  Si je vais au Tim Horton, je prends toujours deux sandwichs et j’en donne un à un gars.  J’ai toujours fait ça en hommage au fils d’un ami qui était dans la rue qui s’est suicidé.  Ça m’avait vraiment marqué."

Pour le public, elle avait ce message : "Le plus important serait d’arrêter de les dévisager, mais de prendre le temps de les regarder. C’est ridicule. L’Humanité a encore des grands pas à faire.  Le respect.  On a tous droit au respect."

Pour les jeunes, elle lance ce cri du coeur : "Courage, tout est possible!!  Mon expérience ne vient pas de la rue, mais j’ai déjà pensé que rien n’était plus possible.  Quand tu perds espoir, tu perds tout.  Je leur dirais de ne jamais perdre espoir."


Elizabeth Blouin-Brathwaite
Elizabeth Blouin-Brathwaite participe au Show du Refuge depuis longtemps.  La première fois qu'elle y a contribué, elle n’avait que 17 ans.  C’était il y a dix ans.  Elle revenait à l’occasion.  C’est la deuxième année qu’elle fait partie du band comme percussionniste.  C’est un véritable trip pour elle.  Et ça paraît.

Elle aussi avait un message pour la population : "Premièrement, Dan est une personne extraordinaire.  N’importe qui qui entame quelque chose comme ça, c’est beaucoup de responsabilités.  Donc, ce serait juste d’apprécier son geste parce qu’il fait ça pour les bonnes raisons, des raisons auxquelles il croit.  Appréciez le spectacle, mais surtout appréciez le travail de Dan.  Il travaille fort pour les jeunes."

Et pour les jeunes?  "Je leur dirais de pas lâcher.  Il y a plusieurs bonnes personnes dans la rue avec un grand cœur.  Je leur dirais de ne pas lâcher et de se tenir entre eux, d’être ouvert à la Société et de vivre une vie remplie d’espoir."

*

Le Show du Refuge en chiffres:
Depuis 1991, 141 artistes (chanteurs, humoristes, groupes) ont participé bénévolement à un spectacle du Show du Refuge, que ce soit au Club Soda, au défunt Spectrum, au Métropolis, au Théâtre Saint-Denis ou à la Place des Arts. En vingt ans, le nombre de spectateurs a décuplé, passant de 200 à plus de 2000, pour un nombre total de presque  30 000 personnes! Le Show du Refuge a remporté trois Félix et un Gémeaux au cours des ans, en plus de recueillir 4 319 200 $ au profit du Refuge des Jeunes de Montréal. Le Refuge a besoin de 1 500 000 $ annuellement pour subvenir aux besoins des jeunes hommes en difficulté.


Le Show du Refuge
Mercredi 26 novembre 2014, 20h
Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts
Dan Bigras, Bobby Bazini, Lulu Hugues, Valérie Lahaie, Breen Leboeuf, Marie-Josée Lord, Alex Nevsky, Dominic Paquet, Samian, le chef d'orchestre Alain Sauvageau et Roch Voisine



Dan Bigras
Album Le Sans Visage, en magasin


Roch Voisine
Album Movin’ On Maybe, en magasin

Dates de spectacles
3 décembre : Gatineau
5-6 décembre : Olympia de Montréal
14 décembre : Toronto


Valérie Lahaie
Album au printemps 2015 avec la maison de productions d’Éric Lapointe. Plus de détails à venir.


Elizabeth Blouin-Brathwaite
Album à venir.